***Cet espace est dédié aux amoureux de la langue française, de l'écriture, de la littérature et de l'art sous toutes ses formes***
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Par respect pour l'administratrice du forum ainsi que ses membres, chaque nouveau membre doit passer par le forum "accueil des nouveaux venus" afin de se présenter... Après tout, vous n'arrivez pas chez les gens sans dire bonjour.... Merci d'avance

Partagez | 
 

 LES SECRETS DE LA POUPONNIERE

Aller en bas 
AuteurMessage
bernille

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : entre ciel et terre

MessageSujet: LES SECRETS DE LA POUPONNIERE   Jeu 21 Juin - 20:09

- En fait, je ne sais trop où poster cce texte, il s'apparente plus à une nouvelle (d'après moi) Si tu vois un endroit plus approprié, Florence merci de le déplacer. En attendant j'espère amuser quelques lecteurs avec cette petite histoire sans prétentions (s'il y a preneurs, j'ai la suite en stock)-

Il était une fois. En fait non, il était pas une fois, parce que, s'il était une fois, ca voudrait dire que je suis déjà morte, et, je ne pense pas être morte..quoique. Je ne suis peut-être pas encore née. Et vous, vous êtes déjà né?
Bref, morte ou pas morte, je vais vous raconter l'histoire d'avant la mort et d'après la non vie, enfin je sais plus..
Je suis née (enfin je crois) alors qu'on ne m'attendait pas. A l'époque j'étais déjà très douée pour emmerder le monde (d'ailleurs j'ai pas beaucoup changé depuis) C'était horrible, vous ne vous souvenez pas? moi si. Cette lumière aveuglante, ces mains gantées, froides qui vous arrachent au nid douillet. Je serai bien retournée en arrière mais un ange est venu, m'a mis son doigt sur la lèvre supérieure (c'est pour ca qu'on a un creux juste sous le nez). on y a tous droit avant de naître, mais on s'en rappelle pas toujours. Il m'a dit "chut, ne leur dit rien de ce qui se passe avant" mais je crois que je lui ai pas toujours obéi (déjà l'esprit rebelle)
Je me suis retouvée dans un drôle de monde. Ca sentait l'antiseptique et il y avait plein de braillards partout. On rigolait bien tous ensemble parce que les gens , ce qu'ils ne savent pas ou qu'ils ont oublié, c'est que ce que tout le monde prends pour des vagissement, c'est en fait un langage codé! Si, si! Et les mamans étaient toutes en extase devant leur "merveille" alors qu'on était tous moches!
Tout aurait pu être merveilleux, mais les bonnes chose ne durent pas. Un à un, tous mes amis sont partis...sauf moi. Je croyais qu'ils m'avaient oublié. C'était pénible, obligée constamment de faire copain-copain avec les nouveaux arrivant, qui ne restaient jamais plus de quelques jours.
Finalement, ils se sont quand même décidé. Un beau matin, je me suis retrouvée transbahutée. IL faisait froid, bref ca n'augurait rien de bon. Fini les copains, là je ne comprenais rien de ce qui se disait), je ne connaissait que le langage des petis), je me sentais bien seule et abandonnée.
Heureusement, il y avait l'ange, il était toujours là. Et vous savez quoi? Ils m'ont même donner son nom. C'est pour ca que quelquefois, je me sens pousser des ailes. Et il est encore là aujourd'hui. Et vous, il est toujours près de vous, votre ange???
Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: LES SECRETS DE LA POUPONNIERE   Ven 22 Juin - 7:07

Premier point :
J'adore. J'ai souri et ri aussi... J'ai l'impression d'être devant une tasse de café, dans un fauteuil moelleux en lisant ce récit. Donc si tu as une suite, pour ma part la lecture se fera avec grand plaisir

Second point :
Nouvelle ou roman ? Seule toi saurait me le dire. Pour information voici quelques détails afin que tu puisses évaluer si tu récit est un roman ou une nouvelle. Suite à cela je le déplacerai, ou pas :

(un signe = une lettre)


une rédaction de collège : 2 000 à 3 000 signes.
une argumentation de lycée : 3 000 à 4 000 signes.

Les oeuvres de fictions sont classées de la manière suivante en fonction de leur taille :

Entre 5 000 et 40 000 signes, c'est une nouvelle.
Entre 40 000 et 300 000 signes, il s'agit d'un novellette, ou d'un court roman. La seule manière de les différencier est d'analyser l'histoire : en effet, dans la nouvelle l'histoire va droit au but alors que dans un roman, l'auteur détaille beaucoup plus tous les aspects secondaires.
Au dessus de 300 000 signes se trouvent les romans, mais la plupart d'entre-eux font entre 500 000 et 800 000 signes.
Au dessus de 800 000 signes, c'est toujours un roman, mais il est rare qu'une oeuvre aussi longue ne soit pas scindée en plusieurs parties, et il s'agit bien souvent d'une trilogie comprennant donc trois romans.


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
bernille

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : entre ciel et terre

MessageSujet: suite 1   Ven 22 Juin - 12:21

...Bon puisque tu semble avoir apprécié mes délires de pouponnière, je t'offre la suite et te souhaite un bon week end


...Et voilà, on y était. C’était là ma nouvelle demeure et la famille, ah la famille !!
Il y avait les deux grands qui me montraient leurs dents (en fait, je l’ai appris plus tard : c’était un sourire !) et l’autre. Bizarre, lui. A peine plus grand que moi mais il parlait une langue que je ne comprenais pas. Pas comme mes copains d’avant, ni comme les grands. En fait, c’était entre les deux. C’était un grand frère. Youpi, j’avais un grand frère !!
Mais j’ai vite déchanté. Ce grand frère m’a vite fait comprendre ce qu’était la jalousie (ça m’a servi d’expérience pour la suite)
Toujours à me lorgner, à grimper sur les genoux des grands quand j’y étais, à me pincer en douce. Bref ça n’allait pas être facile.
Les journées se passaient tranquillement. Ma plus grande frayeur a été la première fois que ma mère m’a présenté son sein. J’étais horrifiée, toute cette viande et moi, je n’avais pas encore de dents ! Avant on me donnait une tétine caoutchouteuse à laquelle j‘avais eu le temps de m’habituer…mais là !!!
Finalement, l’instinct de survie primant, je me suis dit si c’est çà ou rien d’autre, tant pis. Quand j’ai senti la première fois ce liquide chaud couler dans ma gorge, j’ai ressenti du bonheur, c’était bon, et après en avant pour la sieste. C’est de là que doit dater mon engouement pour cet exercice (je veux dire la sieste !)
Le temps passait, je commençais à être à l’étroit dans ce berceau et enfin, un beau jour ils ont quand même décidé de m’installer dans un nid plus grand ;
L’horreur, un LIT BLEU alors que j’étais une fille !!! J’avais hérité du lit du grand frère et pendant très longtemps j’ai hérité de ses affaires. Les nounours, les pyjamas, sa première assiette, comme quoi, ça doit être chouette d’être le premier ! Mais bon, il fallait faire avec.
Et j’ai commencé à sortir de mon nid, il fallait affronter une autre vérité débile : se mettre sur deux pieds, alors que c’était tellement plus facile de ramper. J’ai quand même fini par avoir mon diplôme de bipède, mais ça n’a pas été sans mal .
L’expérience suivante a été encore plus traumatisante, il fallait vivre sans couches. Ces hurlements quand on m’obligeait à m’asseoir sur le pot. Mais les félicitations quand s’y retrouvait par hasard quelque excrément !! (ça je ne l’ai pas encore compris aujourd’hui !)
Voilà, je marchais, je faisais pipi caca popo j’étais prête à affronter le dehors.
Ah le dehors, que de pièges mais tellement de choses à découvrir.
D’abord, les éléments. Le vent, que c’était bon ce souffle froid en hiver, chaud en été qui vous caresse le visage ! Il y avait aussi la neige qui chatouillait quand on regardait les flocons tomber. Le moins marrant, c’était le soleil, ça piquait ! j’ai eu un instant l’impression qu’ils voulaient me faire cuire ! Mais je savais pas encore, j’étais trop petite ! Je me souviens de la première fois où j’ai vu un oiseau,
J’aurais bien aimer voler comme lui, monter au ciel et retrouver l’ange (vous vous souvenez ?) mais j’avais beau agiter mes bras, je ne décollais pas. Tant pis, ce phénomène je le comprendrais peut-être quand je serai grande (vous savez vous pourquoi ils volent, eux ?)
Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: LES SECRETS DE LA POUPONNIERE   Mer 27 Juin - 8:36

J'en veux encore !!


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
La Vline

avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: LES SECRETS DE LA POUPONNIERE   Jeu 12 Juil - 15:01

moi aussi ;-)
Revenir en haut Aller en bas
bernille

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : entre ciel et terre

MessageSujet: Re: LES SECRETS DE LA POUPONNIERE   Ven 13 Juil - 8:31

Bon petit cadeau pour la sainte Fête Nat!!!!


...Et puis, on m’a amenée au parc (tout le monde y a droit, enfin je crois !) Et là, nouvelles découvertes, l’herbe : ça sentait bon, mais pas le droit de s’y rouler. Et là, beaucoup de choses ont changées. Les interdits. Pas le droit, je croyais que quand on était petit on avait tous les droits ! Mais, dés que j’arrivais à me soustraire à l’Autorité, je m’en donnais à cœur joie, c’était si bon de se rouler par terre. Là, une nouvelle déception, j’ai appris ce qu’était la fessée, ça fait mal, surtout sans les couches. Mais je m’y suis habituée, finalement c’était une douleur cuisante mais passagère, et puis à choisir, ça valait bien le coup de braver les interdits pour un instant de plaisir.
Dans ce parc, il y avait un ruisseau qui passait et poursuivait son cours. En y regardant de près, j’ai fait une autre grande découverte, il y avait de la vie, pleins de petits êtres (oh beaucoup plus petits que moi !) qui s’ébattaient, sautaient. Il y en a un qui fascinait particulièrement mon grand frère (il était toujours là celui-là !). Il les appelait les têtards(en plus c’était un mot facile à répéter). Et invariablement, il en ramenait à la maison dans un bocal où subsistait des restes de compote ou de confiture, et systématiquement , ils mourraient. Là aussi, j’ai eu une grande déception : les êtres mourraient. Eux, c’était sans un cri. En fait, mourir c’est arrêter de bouger ! Des fois, j’attendais que l’Ange viennent les chercher mais il n’est jamais venu. Sans doute, il n’y a pas d’anges pour les animaux (vous croyez vous qu’il y a des anges pour les animaux ?)Et on rentrait à la maison. C’était le goûter, j’avais à nouveau droit au biberon caoutchouteux,
C’était fini la tétée et je dois avouer que çà me manquait. Mais bon, c’était comme çà, Et je commençait à être grande .
La vie aurait pu continuer comme ça longtemps. J’ai entendu parler école, maîtresse et ça me faisait un peu peur .Mais, ouf, c’était pas pour moi, c’était pour le grand frère. Je me souviens du jour, (ça s’appelait la rentrée). Il faisait presque nuit quand je me suis retrouvée sous le bras de ma mère, mon frère accroché à ses jupes et qu’on est parti, moi ballottée, le grand frère freinant des quatre fers. C’était donc ça l’école, ça me rappelait la pouponnière, il y avait plein d’enfants, oh, la plupart pleuraient (les mamans aussi, d’ailleurs !) Et, sans doute ma première révolte, j’ai hurlais : on m’enlevait mon grand frère.
Mais, plus tard, on est allé le rechercher ! Ouf, moi qui croyait l’avoir perdu pour toujours. Nouvelle désillusion , il est reparti. J’ai rien compris. On l’amenait on le recherchait. C’était débile, tous ces allers-retours !
Je crois que là aussi je me suis sentie abandonnée, plus de compagnon de jeu, parce que maintenant j’entendais parler de « copains », on n’était plus seuls tous les deux . Quand les copains venaient à la maison, j’était encore plus seule (trop petite pour jouer avec nous, ils disaient !)...
Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: LES SECRETS DE LA POUPONNIERE   Mar 17 Juil - 6:28

ENCORE !!


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES SECRETS DE LA POUPONNIERE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES SECRETS DE LA POUPONNIERE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les secrets du catch - le livre
» [Points] Le livre des secrets de Michael Cox
» SOTR (Secrets of the Third Reich)
» [Morton, Kate] Le jardin des secrets
» Secrets de Ghawazee - Tarifs & Horaires 2008/2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Flo des Mots :: VOS MOTS À VOUS - Partagez vos écrits - [Réservé aux membres] :: Romans-
Sauter vers: