***Cet espace est dédié aux amoureux de la langue française, de l'écriture, de la littérature et de l'art sous toutes ses formes***
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Par respect pour l'administratrice du forum ainsi que ses membres, chaque nouveau membre doit passer par le forum "accueil des nouveaux venus" afin de se présenter... Après tout, vous n'arrivez pas chez les gens sans dire bonjour.... Merci d'avance

Partagez | 
 

 Cadavre exquis

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Cadavre exquis   Lun 7 Mai - 8:39

Rappel du premier message :

Le cadavre exquis est un petit jeu d'imagination. Ce jeu littéraire a été inventé à Paris en 1925, au 54, rue du Château, dans une maison où vivaient Marcel Duhamel, Jacques Prévert et Yves Tanguy. Le principe de ce jeu était que chacun des participants écrive à tour de rôle une partie d'une phrase, dans l'ordre sujet-verbe-complément, sans savoir ce que le précédent a écrit. La première phrase qui résulta et qui donna le nom à ce jeu fut « Le cadavre – exquis – boira – le vin – nouveau. »

J'en propose une variante, légère comme une plume qui ne nécessite aucune violence neuronale : A partir d'une phrase, chacun imagine la suite, à tour de rôle.
Je vous souhaite inspirés afin que l'on puisse espérer un petit (ou long) texte final on ne peut plus plaisant

Voici la phrase à continuer :

Il est 6h15 et j'entends le coucou dans...

Maintenant c'est à vous, reprenez ce morceau de phrase et complétez-le au gré de votre imagination scratch


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/

AuteurMessage
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Jeu 17 Mai - 6:37

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main...


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
La Vline

avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Sam 19 Mai - 9:58

bizarre, j'avais mis une suite, elle a disparu on dirait, je réitère lol!



6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant

Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Sam 19 Mai - 10:42

pas normal cette "disparition"... Heureuse que tu ais réitéré

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURRONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures...


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
La Vline

avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Sam 19 Mai - 22:41

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de .....
Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Dim 20 Mai - 7:08

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez ...


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
La Vline

avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Mar 22 Mai - 7:11

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un ....
Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Mar 22 Mai - 7:25

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore ...


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
La Vline

avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Mer 30 Mai - 17:34

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination ! En fait je réalise que je suis tout simplement dans ....

Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Mer 30 Mai - 19:37

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination ! En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose soit...


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
La Vline

avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Mer 30 Mai - 20:56

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui ....
Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Jeu 31 Mai - 8:06

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui donnait l'impression de venir des tréfonds de l'enfer, n'était en fait que le sien. Je serais curieuse de connaître la symbolique de tout ceci. Mais pour l'heure il serait bon que je ...


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
La Vline

avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Jeu 31 Mai - 8:25

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui donnait l'impression de venir des tréfonds de l'enfer, n'était en fait que le sien. Je serais curieuse de connaître la symbolique de tout ceci. Mais pour l'heure il serait bon que je récupère mes esprits et analyse une bonne fois pour toutes d'où me vient cette impression obsédante, quand lui aussi se sera remis de sa réaction plus qu'incongrue vu les circonstances ! ...... qu'ai-je bien pu

Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Jeu 31 Mai - 8:27

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui donnait l'impression de venir des tréfonds de l'enfer, n'était en fait que le sien. Je serais curieuse de connaître la symbolique de tout ceci. Mais pour l'heure il serait bon que je récupère mes esprits et analyse une bonne fois pour toutes d'où me vient cette impression obsédante, quand lui aussi se sera remis de sa réaction plus qu'incongrue vu les circonstances ! ...... qu'ai-je bien pu faire, ou dire lors de cette séance ? Je savais que je n'aurais jamais dû accepter ...


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
La Vline

avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Jeu 31 Mai - 9:04

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui donnait l'impression de venir des tréfonds de l'enfer, n'était en fait que le sien. Je serais curieuse de connaître la symbolique de tout ceci. Mais pour l'heure il serait bon que je récupère mes esprits et analyse une bonne fois pour toutes d'où me vient cette impression obsédante, quand lui aussi se sera remis de sa réaction plus qu'incongrue vu les circonstances ! ...... qu'ai-je bien pu faire, ou dire lors de cette séance ? Je savais que je n'aurais jamais dû accepter cette proposition qu'à l'évidence je ne maîtriserais pas ! Paul allait m'entendre ! mais pour l'instant il fallait essayer de savoir ce .....
Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Jeu 31 Mai - 9:16

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui donnait l'impression de venir des tréfonds de l'enfer, n'était en fait que le sien. Je serais curieuse de connaître la symbolique de tout ceci. Mais pour l'heure il serait bon que je récupère mes esprits et analyse une bonne fois pour toutes d'où me vient cette impression obsédante, quand lui aussi se sera remis de sa réaction plus qu'incongrue vu les circonstances ! ...... qu'ai-je bien pu faire, ou dire lors de cette séance ? Je savais que je n'aurais jamais dû accepter cette proposition qu'à l'évidence je ne maîtriserais pas ! Paul allait m'entendre ! mais pour l'instant il fallait essayer de savoir ce que tout ceci signifie et ce que l'on pourrait bien en retirer.
Ma montre marque midi, mon estomac hurle, il faut que l'on en finisse afin


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
bernille

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : entre ciel et terre

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Jeu 31 Mai - 11:54

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui donnait l'impression de venir des tréfonds de l'enfer, n'était en fait que le sien. Je serais curieuse de connaître la symbolique de tout ceci. Mais pour l'heure il serait bon que je récupère mes esprits et analyse une bonne fois pour toutes d'où me vient cette impression obsédante, quand lui aussi se sera remis de sa réaction plus qu'incongrue vu les circonstances ! ...... qu'ai-je bien pu faire, ou dire lors de cette séance ? Je savais que je n'aurais jamais dû accepter cette proposition qu'à l'évidence je ne maîtriserais pas ! Paul allait m'entendre ! mais pour l'instant il fallait essayer de savoir ce que tout ceci signifie et ce que l'on pourrait bien en retirer.
Ma montre marque midi, mon estomac hurle, il faut que l'on en finisse afin que je m'en retourner chez moi. Zut ce sera encore nouilles sauce tomate. Mais, comment se fait-il que je tienne mes chaussures à la main? et oh! il me manque un talon....
Revenir en haut Aller en bas
La Vline

avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Ven 1 Juin - 14:15

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui donnait l'impression de venir des tréfonds de l'enfer, n'était en fait que le sien. Je serais curieuse de connaître la symbolique de tout ceci. Mais pour l'heure il serait bon que je récupère mes esprits et analyse une bonne fois pour toutes d'où me vient cette impression obsédante, quand lui aussi se sera remis de sa réaction plus qu'incongrue vu les circonstances ! ...... qu'ai-je bien pu faire, ou dire lors de cette séance ? Je savais que je n'aurais jamais dû accepter cette proposition qu'à l'évidence je ne maîtriserais pas ! Paul allait m'entendre ! mais pour l'instant il fallait essayer de savoir ce que tout ceci signifie et ce que l'on pourrait bien en retirer.
Ma montre marque midi, mon estomac hurle, il faut que l'on en finisse afin que je m'en retourner chez moi. Zut ce sera encore nouilles sauce tomate. Mais, comment se fait-il que je tienne mes chaussures à la main? et oh! il me manque un talon..... je regarde mon psy qui toujours hilare me montre l'accoudoir de son fauteuil : "ah mais c'est que vous y êtes allée de bon coeur ....
Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Ven 1 Juin - 17:17

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui donnait l'impression de venir des tréfonds de l'enfer, n'était en fait que le sien. Je serais curieuse de connaître la symbolique de tout ceci. Mais pour l'heure il serait bon que je récupère mes esprits et analyse une bonne fois pour toutes d'où me vient cette impression obsédante, quand lui aussi se sera remis de sa réaction plus qu'incongrue vu les circonstances ! ...... qu'ai-je bien pu faire, ou dire lors de cette séance ? Je savais que je n'aurais jamais dû accepter cette proposition qu'à l'évidence je ne maîtriserais pas ! Paul allait m'entendre ! mais pour l'instant il fallait essayer de savoir ce que tout ceci signifie et ce que l'on pourrait bien en retirer.
Ma montre marque midi, mon estomac hurle, il faut que l'on en finisse afin que je m'en retourner chez moi. Zut ce sera encore nouilles sauce tomate. Mais, comment se fait-il que je tienne mes chaussures à la main? et oh! il me manque un talon.....

Je regarde mon psy qui, toujours hilare, me montre l'accoudoir de son fauteuil : "Ah ! mais c'est que vous y êtes allée de bon cœur , j'ai bien cru un instant que le cuir ne tiendrait pas le coup ! En revanche vos propos étaient peu cohérents et j'aurais besoin...


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
La Vline

avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 10/05/2012
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Ven 1 Juin - 21:42

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui donnait l'impression de venir des tréfonds de l'enfer, n'était en fait que le sien. Je serais curieuse de connaître la symbolique de tout ceci. Mais pour l'heure il serait bon que je récupère mes esprits et analyse une bonne fois pour toutes d'où me vient cette impression obsédante, quand lui aussi se sera remis de sa réaction plus qu'incongrue vu les circonstances ! ...... qu'ai-je bien pu faire, ou dire lors de cette séance ? Je savais que je n'aurais jamais dû accepter cette proposition qu'à l'évidence je ne maîtriserais pas ! Paul allait m'entendre ! mais pour l'instant il fallait essayer de savoir ce que tout ceci signifie et ce que l'on pourrait bien en retirer.
Ma montre marque midi, mon estomac hurle, il faut que l'on en finisse afin que je m'en retourner chez moi. Zut ce sera encore nouilles sauce tomate. Mais, comment se fait-il que je tienne mes chaussures à la main? et oh! il me manque un talon.....

Je regarde mon psy qui, toujours hilare, me montre l'accoudoir de son fauteuil : "Ah ! mais c'est que vous y êtes allée de bon cœur , j'ai bien cru un instant que le cuir ne tiendrait pas le coup ! En revanche vos propos étaient peu cohérents et j'aurais besoin de quelques explications pour comprendre ce qui vous a mise dans cet état ? détendez-vous, nous allons essayer ....

Revenir en haut Aller en bas
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Sam 2 Juin - 5:59

6h15 et j'entends le coucou, dans un élan de générosité, nous offrir un chant si exceptionnel que je pleure presque. Mais qu'entends-je au loin ? Ne serait-ce pas des bruits de pas ?? Serait-il possible que je ne sois pas seule en ce lieu ? Je sens en moi monter un frisson de terreur ! Je décide donc de serrer les fesses et de rebrousser chemin en espérant pouvoir courir aussi vite que possible malgré ces maudites chaussures à talons.

Mais quelle idée saugrenue que d'être venu me fourrer dans ce quartier inconnu. Ce n'est pas comme s'il était composé que de chemins sinueux et de recoins attrayants. Non, un véritable labyrinthe plein de rats aux moustaches effrayantes et de papiers gras qui jonchent le sol. Mais je ferais mieux de me re-concentrer sur la raison de ma présence ici : Le fameux et non moins unique, j'ai nommé "le Grumph". Mais j'y songe, peut-être n'est-ce qu'une manifestation de mon imagination ? une projection de mon mal-être ? soudain je me souviens d'un conseil fourni, il y a quelques jours : "Si tu veux que le Grumph vienne à toi il faut danser continuellement sans jamais lever un pied du sol"

Je commence à me dandiner maladroitement (pas évident avec des chaussures à talons!) Les papiers gras semblent s'élever du sol, pas une once de brise, et pourtant mon corps tout entier semble traversé par un vent du nord, glacial et intrusif. Je sens le bas de mon dos me picoter, chaque follicule pileux se dresser sur mon épiderme et j'ai mal aux yeux à essayer de discerner la forme imprécise qui semble se dessiner devant moi, de façon diffuse d'abord, puis plus nettement, à mesure qu'elle semble se rapprocher. Mon cœur s'emballe, vais-je enfin Comprendre pourquoi et comment je me suis retrouvée, en ces lieux, et surtout pourquoi je suis sujette à ces manifestations ? mais brusquement ma chaussure semble s'être enfoncée dans le sol. Mon talon s'est cassé et me voici étalée de tout mon long. Je sens une main me soulever, mon sang ne fait qu'un tour quand tout à coup un rire tonitruant raisonne à n'en plus finir dans les rues étroites.
- COURONS !!!
Me crie une bouche fine semblant appartenir à la main me tenant toujours. J’ôte mes chaussures, me relève toute chancelante grâce à cette main providentielle pour apercevoir le visage hilare de celui que je cherche depuis si longtemps, et auquel je ne croyais pas. Enfin quand je dis "visage", entendez l'ébauche grossière d'un visage, ou ce qu'il en reste, la pâle copie de ce qui avait été un homme. Du moins je le supposais. A moins qu'il ait pu être un génie banni par les Dieux jusqu'aux enfers ou encore un nouveau coup de mon imagination !

En fait je réalise que je suis tout simplement dans le cabinet de mon psychanalyste. Il semblerait que ma réaction à l'hypnose ait été un peu trop positive, et en fait son visage en témoigne. je sens qu'il n'a pas pu garder son sérieux et ce rire qui donnait l'impression de venir des tréfonds de l'enfer, n'était en fait que le sien. Je serais curieuse de connaître la symbolique de tout ceci. Mais pour l'heure il serait bon que je récupère mes esprits et analyse une bonne fois pour toutes d'où me vient cette impression obsédante, quand lui aussi se sera remis de sa réaction plus qu'incongrue vu les circonstances ! ...... qu'ai-je bien pu faire, ou dire lors de cette séance ? Je savais que je n'aurais jamais dû accepter cette proposition qu'à l'évidence je ne maîtriserais pas ! Paul allait m'entendre ! mais pour l'instant il fallait essayer de savoir ce que tout ceci signifie et ce que l'on pourrait bien en retirer.
Ma montre marque midi, mon estomac hurle, il faut que l'on en finisse afin que je m'en retourner chez moi. Zut ce sera encore nouilles sauce tomate. Mais, comment se fait-il que je tienne mes chaussures à la main? et oh! il me manque un talon.....

Je regarde mon psy qui, toujours hilare, me montre l'accoudoir de son fauteuil : "Ah ! mais c'est que vous y êtes allée de bon cœur , j'ai bien cru un instant que le cuir ne tiendrait pas le coup ! En revanche vos propos étaient peu cohérents et j'aurais besoin de quelques explications pour comprendre ce qui vous a mise dans cet état ? détendez-vous, nous allons essayer une seconde fois."
Son ton est sans équivoque et je m'y refuse. Je préfère partir en claquant la porte. On ne m'y reprendra plus à écouter Paul et ses conseils idiots pour cesser de fumer!!




Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~


Dernière édition par Florence le Sam 2 Juin - 6:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
Florence
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 49
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Cadavre exquis   Sam 2 Juin - 6:01

Et si nous repartions sur une nouvelle histoire ? Quelque chose qui serait commencé par vous

Je vous laisse le soin de débuter sans attendre en ouvrant un nouveau sujet


Écrivain/Écrivain public
Cabinet Au Flo des Mots ~ Pour vous servir ~
Revenir en haut Aller en bas
http://au-flo-des-mots.6mablog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cadavre exquis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cadavre exquis
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Cadavre exquis sujet 1
» Cadavre Exquis
» CADAVRE EXQUIS : Collaboration littéraire
» Cadavre exquis [Bagieu, Pénélope]
» Cadavre Exquis n°10

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Flo des Mots :: JEUX DE PLUME - Cadavre exquis, acrostiches et autres drôleries :: Jeux divers-
Sauter vers: